Jean-Louis Murat … image …

Un site utilisant Réseau unblog.fr

25
déc 2011
Jean-Louis MURAT … image …
Posté dans Non classé par didierlebras à 5:49 | 12 réponses »

En Juin 1989 Jean-Marc THEVENET pour « Max » (n° 5) nous dresse ce portrait de Jean-Louis MURAT  : « C’est un bel animal qui vit en campagne. Naturellement la panoplie est presque parfaite : yeux délavés, cheveux décoiffés et superposition de sweatshirts aux couleurs passées. Beau ? Qui pourrait en douter ? Mais le voilà plus troublant : comme un enfant il déforme la prononciation des « o », qui deviennent dans sa bouche « ô ». Touchant, Jean-Louis MURAT, 35 ans, chanteur. Inconnu presque, connu bientôt ».

En conclusion de cet article MURAT  déclare : « Une chanson c’est 50% de la route après il y a le charme, être laid ou pas; attentif aux autres, disponible ».

     Jean-Louis MURAT ... image ... photo-jlm-max-1989-217x300

 Jean-Louis-Murat-max-2-217x300

 Voilà sans doute l’une des premières contradictions de MURAT  ou plus exaxtement de Jean-Louis BERGHEAUD… Vouloir occuper l’espace public, qui plus est, vouloir être chanteur, disposer d’un physique à faire pâlir toutes ces dames, et tout faire pour brouiller cette image au point de la renier. C’est incompréhensible … contreproductif … c’est tout le dilemme de MURAT  … Sur les photos parues dans « Max » MURAT  a 35 ans … sa beauté extérieure est tellement évidente qu’elle irradie … Son sourire effleure  … Je ne connais pas un garçon qui ne rêverait d’avoir de tels atouts …

Dès 1981, les meilleurs photographes ont flairé le filon. MURAT  n’est connu de personne, c’est Jean-Baptiste MONDINO qui crée la pochette de « Suicidez-vous le peuple est mort » … Magnifique … Tout autre commentaire serait superflu !

 photo-jlm-suicidez-vous-296x300

 En 1989 la pochette de « Cheyenne Autumn »  qui correspond aux premiers pas de MURAT vers la reconnaissance et le succès public est du même effet. Tout le romantisme du personnage rayonne au travers de ce portrait signé Jean-Lou SIEFF autre pointure de la photographie

  photos-jlm-1989-cheyenne-300x300

 Je laisse le commentaire que mérite ce cliché à Sophie BERTHIER  qui dans le magazine « Star 90″ écrit : « Chanteur maudit, gueule d’ange aux yeux transparents mais à l’âme noire ».

 Depuis que je me passionne pour MURAT  et son oeuvre, l’une de mes plus grandes fiertés, aura été d’être le découvreur de ces quelques photos de l’époque CLARA … MURAT  doit avoir dans les 25 ans … 

 photos-jlm-25-ans-1-182x300 photos-jlm-25-ans-2-194x300

photos-jlm-25-ans-3 photos-jlm-25-ans-4-218x300

photos-jlm-25-ans-6

 Ange ou démon ??? les deux à la fois probablement …

En octobre 1991 pour « Podium » (n° 237) à l’occasion de la promo du titre « Regret » chanté en duo avec Mylène FARMER , l’Auvergnat est invité à parler de la séduction et répond en l’occurence : « Non, je ne me trouve pas séduisant, pas beau mais plutôt hyper fade, très proche du bellâtre. Ma mère n’a aucune photo de moi petit, je déteste ça ! La seule, celle de ma première communion, je ne me reconnais pas. Personne ne me reconnaît. A force de projeter une certaine image du « crooner » Français, j’ai peur de l’intégrer, de devenir 365 jours par an, MURAT le chanteur ! Mais c’est vrai, ce que j’aime par dessus tout, c’est qu’on m’aime. Alors je fais tout, un peu comme les enfants, pour qu’on m’aime ». 

Toute l’énigme MURAT  est résumée dans ce propos … MURAT/BERGHEAU  … BERGHEAUD/MURAT  … Il me semble que le p’tit BERGHEAUD  si on lui avait laissé le choix, serait toujours resté enfant … l’ami des vaches … les seules à qui parler des jours durant … BERGHEAUD rejeté par les filles dès sa prime enfance parce qu’il sent l’odeur du fumier … MURAT  fait vivre BERGHEAUD, il ne supporte pas de lui être redevable … MURAT  insupporte BERGHEAUD pour les chemins de traverse qu’il n’a  eu d’autre choix que d’emprunter … 

En 1991 pour « Télémoustique » Jean-Luc CAMBIER aborde le probème de la séduction …

J.L.  : Te voilà encore plus livré en pâture aux journaux de jeunes filles. Cela te gêne de passer pour un séducteur négligé dont les yeux font rêver les femmes ?

JLM : Ce n’est pas exactement la honte, mais ça fait rougir les pommettes. Chaque chanson, disque est un ratage, mais aussi une tentative de séduction. On est toujours en position de séduction. Mais à la maison,  je ne change pas.  Je suis ma vraie nature ici, mais avec des trucs propres. C’est la guerre avec Marie ». (…)  « Si je n’ai rien à faire, je ne me rase pas pendant trois mois. Avant, je me coupais les cheveux tout seul une fois par an. Le secret des femmes m’échappe un peu ». (…) « Me voilà homme à femme ». (…) « Mais ça ne me rérange pas ». 

  Comment voulez-vous ne pas craquer ??? Tout est fait pour plaire … Ce négligé apparent … est-ce volonté délibérée ???

 Autre exemple de « négligé » … cette photo parue dans « Les Inrockuptibles »  (n° 18) …  1989  dans un article signé Christian FEVRETMURAT  y déclare en préambule : « Hier, j’ai ouvert des lettres qui m’étaient adressées pour la première fois. Ce qui est écrit est assez extrême, morbide, certaines m’ont fait peur. Je crois que je ne vais plus ouvrir mon courrier, je n’ai pas envie de tomber la dedans ».   

 Photos-jlm-1989-297x300

 Le 6 décembre 1989, MURAT  accorde une interview  téléphonée au magazine  « Top 50″ … article qui ouvre par ces mots : « ce beau jeune homme au tendre regard d’acier » et se termine par ce magnifique cliché …

 Jean-Louis-Murat-Top-50-211x300

 Sur cette  photo extraite d’un article  du magazine  « Blindtest » année 1990 … nous avons droit à un MURAT légèrement « boudeur »

 Jean-Louis-Murat-blind-test-1990-211x300

 Mais MURAT  sait aussi être classe …

 photos-jlm-clip-regret-3-211x300      phtos-jlm-clip-regret1-211x300

… en attestent ces deux photos prises lors  du tournage du clip « Regret »  … année 1991

 J’adore ce portrait qui date également de 1991 (période « Manteau de pluie »)  … entre ombre et lumière … tristesse et mélancolie … MURAT  y est superbe …

 jlm-1991-211x300

 Autre magnifique portrait, celui paru dans « Star Music » (1991) …

 star-music-19911-211x300

 MURAT y confie au journaliste Marc POTAIN : « Toute la musique actuelle est pleine de sentiments positifs, je travaille plutôt sur des sentiments négatifs ». 

 Le 20 janvier 1992, pour « Madame Jours de France » MURAT  accepte de paraître dans une position … disons « travaillée ». La journaliste qui a pour nom Patricia Boyer DE LATOUR a su être convaincante, tant il est rare que le « Bougnat » accepte de telle mise en scène … Mais quel charme ! Malicieux, derrière le cache-col on devine un vrai sourire, lui qui sourit si peu en public … La journaliste nous présente l’Auvergnat en ces termes : « Avec sa gueule d’ange, mi-RIMBAUD mi-rocker, et son regard bleu liquide, Jean-Louis MURAT le plus beau dandy auvergnat qui soit, à l’âme d’un berger de l’an 2000 et fait craquer les filles des années 90″.

 Jean-Louis-Murat-JDF-1992-211x300

En 1992 Jean-Louis MURAT fait la une du magazine « Télé cable »

jlm presse tele cable janvier 92

 L’image de MURAT  s’exporte aussi à l’étranger … comme en témoigne cet article paru en 1992 dans la presse espagnole … Murat s’y exprime dans la langue de Cervantès …

 JLm-photo-1992-300x195

Outre Pyrénées, MURAT  ressemble pour de bon à un ange …

 Sophie CREUZ dans les colonnes de « L’Express/Le Vif » du 17 janvier 1992 écrit : « Ses yeux clairs défient le doute. Ses notes lourdes l’entretiennent. MURAT  le magnifique nous est nécessaire ».

 Dans le mag. « L.O. » de Février 1992 Laure MALZIEU  écrit : « L’image que l’on peut avoir de lui est bien le dernier de ses soucis. Sa maison de disques lui achète des fringues pour les émissions télé, il les essaie … et ça tourne ! «  MURAT  lui déclare : « Je m’en fous royalement, c’est peut-être parce que je ne suis pas Parisien ». (…) MURAT  poursuit :   « Mon image c’est ce que je fais ». La journaliste conclut : « La seule chose qui l’intéresse c’est la création des chansons ».   

Dans le magazine « Podium » daté de mai 1992 MURAT  répond à cette question : « Tu es beau, on le dit. Es-tu conscient de ce potentiel de séduction ? » « Pas du tout. Pour moi, être beau, c’est avoir une gueule. Moi je suis trop timide, introverti, pour avoir du charme … »  Autre question :« Est-ce important néanmoins pour toi de séduire ?«  … Réponse : « Ce que j’aime par dessus tout, c’est qu’on m’aime ».

 Pour trouver un MURAT  souriant il faut feuilleter les « Inrockuptibles » de novembre 1993  …  Arnaud VIVIANT  interroge « JLM » sur le 3ème album du chanteur, je veux parler de « Venus ». MURAT est hilare … et je ne pense pas qu’il s’agisse d’un sourire de circonstance. Il est à l’aise avec le journaliste qui l’interviewe. La photo est signée Renaud MONFOURNY

 Jean-Louis-Murat-Les-inrocks-1993-211x300

 1993 … date des premiers concerts en public … Finalement c’est sur scène que MURAT se révèlera être un véritable artiste … qu’il déclinera toute sa beauté, sa grandeur , et nous dévoilera toutes les facettes d’un talent hors norme.

 Le 1er concert  de cette 1ère tournée se déroule à l’Opéra de VICHY … MURAT  est sous tension. Il jure qu’on ne l’y reprendra pas … Voici le portrait qu’en dresse Fabrice LITTAME dans le journal « L’Union » le 23 novembre 1993 : « Dans la loge il s’exprime de sa voix grave et lasse, il ne s’est pas installé sur le divan rouge qui trône au centre de la pièce. Les cheveux hirsutes, le visage mangé par une barbe de quelques jours et les yeux voilés par des nuits de veille, pendant cette période de fièvre, il ne compte pas s’allonger pour déballer le fond de sa pensée et l’intimité d’une âme mélancolique, rongée par le spleen et hantée par les félures de l’amour. Comme exutoire, il préfère enfourcher sa bicyclette trois heures par jour. Non, ce rebelle a préféré se tapir dans un recoin, près de la glace de maquillage, qui renvoie une image dédoublée de lui-même comme s’il hésitait par pudeur à se livrer totalement. Et pourtant, la quarantaine angoissée, cet homme sans cesse sur la défensive demeure éminemment sincère, authentique et attachant »

Oui, la beauté de MURAT  ce sont également ses doutes, sa pudeur, sa timidité … telle qu’elle nous apparaît ci-dessus …

(Photo ci-dessous « Venus Tour » Extrait du lien défait)

JLM-venus-tour-1-157x300

Assistant à l’un de ses premiers concerts, le 19 novembre 1993, pour le journal « La Montagne », la journaliste Josée BARNERIOS  écrit : « Il est moins beau que sur les photos ».

 L’article suivant,  paru dans « Le Figaro » daté du 21 décembre 1993, nous brosse  un portrait chatoyant du « Bourboulien » comme il aime à s’appeler parfois, s’essayant aux affres du live, sur la scène de « La Cigale » à Paris  : « Le voici enfin le Byron du Puy de Dôme qui fait si bien rimer l’amour rageur avec le néant courtois. Jean-Louis MURAT l’enjôleur, l’engouffré, le fuyant, l’automnal. MURAT moitié ange, moitié gredin, avec son minois balafré de songe et calciné d’azur. La scène est jonchée de feuilles mortes ». (…) « MURAT a endossé sa cape  de ménestrel : guitare en main, jean troué et blouson de grosse laine, il est jonché sur un tabouret. Il n’en décollera pas. Dans la salle quelqu’un hurle « Debout ! «  Et puis quoi encore !  Un autre : « Un sourire ! ». Une exigence obscène. Pas fou, Jean-Louis et surtout pas prêt à troquer son renom de marginal contre un peu de succès. Nul n’est plus habile à renaître. Mais toujours fidèle à une certaine idée de soi ; il est incapable de s’oublier, de se trahir. C’est un pudique : quand il s’érige (car il n’est pas de bois), dodeline de la nuque (car il est un peu fille) ou s’enfle (car il est un peu femme), il se replie, il se tord, il se cache. Le public réclame des émois et des secousses. Lui, il reste calme, libre, intact. MURAT lequel ? A force d’essayer des masques, ils lui ressemblent tous : le sentimental vénéneux, le froissé élégiaque, le sensuel hirsute, le lancinant mélancolique ». (…) « Une nouvelle musique ? Non, un style : inquiet, fleur bleue, hautin, tourmenté, où l’on reconnaît les sonorités paresseuses et nasales d’un ancêtre, Léonard COHEN. Mais il est surtout lui-même ; un solitaire qui refuse de s’accointer et se complaît parmi de vastes silences« .

 Magnifique portrait signé Frédéric FERNEY 

 (Photo ci-dessous « Venus Tour » extrait du lien défait).’

jlm-venus-tour-2

Le 1er décembre 1993 Benoît SABATIER  nous livre un texto révélateur du caractère et de la personnalité de MURAT  :

B.S.  : Tu as toujours une tête de chien battu sur les photos …

JLM : De toute façon, le sourire ne me va pas, question d’éducation : je ne sais pas porter les costumes et mon visage ne sait pas sourire. C’est sûrement une histoire d’entraînement, je devrais peut-être prendre des cours de tenue. Dans notre société, ce sont les méthodes actuelles, la communication basique, toujours avoir un sourire engageant et avenant. On nous demande de jouer les hommes politiques. J’ai des collègues qui le font à puissance dix, notamment chez VIRGIN, pour arranger le coup. Désolé, pas moi ».

  Sur une coupure de journal datée de 1994 (aucune précision quant à l’origine), MURAT  répond à cette question : « Etes-vous un séducteur ? »  …     : « Chez moi, la séduction, c’est presque une déformation professionnelle. Un artiste est boulimique, il a envie d’en séduire un, puis deux, puis 1000. Les gens attendent d’ailleurs de moi que je fasse la roue. Et comme personne n’est plus lâche qu’un chanteur de variétés, j’obtempère. C’est comme si on testait règulièrement la machine. C’est pathétique et idiot ».

 La photo qui suit est emruntée au journal « Télérama » (n° 2435 du 11 septembre 1996) … Cet article est signé Philippe BARBOT … MURAT confie au journaliste :   »Dans ma voix, il y a de l’eau et des cailloux. Ca ricoche, ça résonne. J’aime chanter comme si je parlais à l’oreille d’une femme ». 

 JLM-télérama-2435-11-9-1996-211x300

 J’en connais beaucoup des femmes, qui aimeraient qu’un tel jeune homme leur parle au creux de l’oreille … MURAT  a horreur des séances photos. Je pense qu’il lui est impossible d’esquisser un sourire qui serait contraint et donc obligatoirement faux, commercial …

  Les-Inrocks-24-9-1996-250x300

 En septembre 1996, dans le cadre de la promo de « Dolorès » MURAT fait la une des « Inrockuptibles » (n° 71 - photo de Patrick MESSINA). Dans cet article signé RICHARD Robert le chanteur Auvergnat déclare : « Je m’étonne qu’on ne me juge qu’en fonction de ce que je vis ou de ce que je dis ».

 Pour « Télémoustique » MURAT répond aux questions de Jean-Luc CAMBIER : « Vous est-il déjà arrivé de vous faire traiter de pédé ? ». Réponse de MURAT  : « Ouai, assez souvent. Peut-être parce que j’ai un côté un peu féminin que je me plais à cultiver. Beaucoup de gens sont perduadés que je le suis ou se permettent de me traiter de pédé dans la rue. Celà m’arrivait plus souvent quand j’étais jeune. Ca s’est calmé. Je dois avoir l’air trop bourru pour me faire emmerder ».

 En septembre 1999 pour « MAGIC » MURAT  est l’invité de Franck VERGEADE. Il s’insurge contre le fait qu’on veuille faire de lui un chanteur régionaliste. Les photos sont de Franck COURTES

  Jean-Louis-Murat-Magic-19992-211x300

Jean-Louis-Murat-magic-2-19991-211x300

 Aux Etats-Unis, pendant l’enregistrement de « Mustango », MURAT  s’adonne à la peinture et à la photographie.  Il ne souhaite plus se faire photographier, considérant que c’est une perte de temps et une dépense d’argent inutile, une luxe qu’il ne peut pas se permettre par les temps de rigueur qui s’annoncent.

MURAT  a changé. En octobre 1999, pour le magazine « Elle » il déclare à Françoise DELBECQ : « J’en avais marre de faire des chansons d’amour. Je voulais davantage me creuser la cervelle, écrire des textes plus ouverts, plus généreux. En tout cas, moins narcissiques ». La photo qui suit agrémente cette interview. MURAT  y apparaît entre ombre et lumière …

 Jean-Louis-Murat-chorus-1994-201x300

 En cette fin d’année 1999 MURAT chante en Bretagne. Nantes et St Jacques de la Lande où je réside sont au programme. Je n’y suis pas allé. Je ne connaissais rien de cet artiste. Pour le journal « Ouest France » MURAT  est l’hôte de Michel TROADEC à qui il déclare : « Mes chansons sont des sensations ». (…) « Depuis quelque temps, je lis chaque jour un livre de méditation. Celà m’équilibre peut-être plus encore que tout le reste. Par le passé j’ai passé trop d’années à être hors de moi. Maintenant je me fais des niches, avec un peu d’humour, de distance, d’indulgence avec moi ».

 Sur ce cliché MURAT  a trop la classe …

Photos-Murat-Ouest-France-991-269x300

Dans un article des « Inrockuptibles » (n° 260 d’octobre 2000), signé Olivier NICKLAUS  intitulé « L’attrape-coeur » figure une photo signée Jean-Lou SIEFF …photo sortie donc des archives …

 jlm-2000-jl-sieff

  MURAT,   à l’aide d’un polaroïd, se prend en photo tous les jours. Il peint même sur ses photos. Ces clichés sont utilisés pour effectuer des montages, où l’image est donc triturée au gré du bon vouloir, des humeurs … de l’artiste. MURAT  veut brouiller, bannir, l’image du beau gosse, du mec à fille, du romantique, qui lui colle à la peau. Personnellement je le regrette … Il faut respecter ce choix. C’est celui d’un jusqu’au boutiste, pour ne pas dire d’un extrêmiste …

Voici le portrait de MURAT  tel qu’il apparaît sur le mag « Longueur d’onde » (n° 4 février/avril 2000)

 jlm-photos-presse-2000-longueur-dondes

Jean-François DUPONT, pour « Voir ça » (article intitulé MURAT MUR) écrit,  parlant de l’album concocté aux States  : « Mustango est sans doute le 1er album de Jean-Louis MURAT à conjuguer de façon équitable le contenu et l’enveloppe, devenant ainsi susceptible d’accrocher, au-dela de sa cohorte de dévôts, le profane ».

Il nous gratifie d’un superbe sourire de Jean-Louis … Est-ce BERGHEAUD  ??? Est-ce MURAT ??? Est-ce archive ??? Est-ce photo tirée par l’artiste lui-même ???

  Dieu que j’aime ce sourire

jlm-16-3-2000-Voir 

 Le numéro 45 de « Magic » (octobre 2000) nous permet de voir MURAT  … tout nu … C’est bien le seul côté que je n’aime pas de ce personnage …

 jlm-magic-20001-211x300

 Tirer des photos soi-même correspond cependant à une vraie recherche artistique, même si le résultat est constestable. Après tout, les goûts et les couleurs … L’autre élément qui entre en ligne de compte est celui des économies. Pour « Télémoustique » (2000) MURAT  déclare à  Jean-Luc CAMBIER  : « Pour cet album j’ai dépensé moins que le budget prévu. Je veux réduire les coûts, me mettre à l’aise dans la marge. Je ne veux plus que le show-bizz Français m’embarque dans un train de vie qui m’oblige à des compromissions ». Evoquant les chiffres de vente il conclut : « Chaque fois que je passerai le cap des 20000, ce sera une réussite ».

Vu sous cet angle là … MURAT  me redevient sympathique !

 Nous sommes en 2001, l’année de l’enregistrement de « Madame DESHOULIERES » … La belle Isabelle HUPPERT  prête sa voix à MURAT … C’est plus le moment de faire n’importe quoi. Je vois mal en effet l’actrice nous faire la grimace, encore moins se mettre nue … Retour donc à une promo « clean » … MURAT  n’a pas le choix …

Photos-jlm-2001-Huppert-pour-Elle1-215x300

 Cette photo paraît dans un article du magazine « Elle » (26 mars 2001).  MURAT  nous  décrit Madame DESHOULIERES : « Elle est romantique, belle, gaie, elle pige bien les mecs, c’est aussi une danseuses effrénée. Farouchement opposée à Louis XIV et au pouvoir abosolu, elle ne croit pas en Dieu ».

  photos-jlm-2001-Les-Inrocks1-250x300

 Cette photo fait la une des « Inrockuptibles » (n° 283 du 27 mars 2001). Arnaud VIVIANT  recueille les confidences de MURAT  et d’Isabelle HUPPERT …  laquelle dit du premier : « Jean-Louis dit ce qu’il pense, vit là où il a envie de vivre ». (…) « C’est une voix vraiment à part. Qui a sans doute besoin de s’éloigner, de vivre là ou il vit pour se faire entendre« . 

 Photos-jlm-Epok-20011-222x300

 Pour le magazine « Epok » (2001)  c’est Yann PLOUGASTEL  qui interroge MURAT : « Les précieuses ridicules ? » Voici ce qu’en dit l’auvergnat : « Une contre révolution machiste où l’on retrouve tous les lèche-culs du pouvoir : RACINE, BOILEAU et cet enfoiré de MOLIERE ». Autre question du journaliste : « Quel est le lien entre Bob DYLAN, Neil YOUNG  et Madame DESHOULIERES ? » … Réponse de JLM : « Une sorte de rébellion … Ce sont eux qui définissent les contraintes dans lesquelles leur talent va s’épanouir ». 

Voilà des réponses qui dénotent de la personnalité de MURAT, rebelle aux pouvoirs en place, aux vérités établies …

 2002 c’est également l’année ou Jean THEFAINE  rend visite à MURAT, pour le compte de « Chorus » (n° 41 automne) dans son antre de Douharesse. J’en ai largement parlé par ailleurs. je n’y reviens donc pas.   Je pense que pour THEFAINE  ce voyage en Muratie restera un des moments forts de sa carrière de journaliste. J’en tire deux photos, celles d’un jean-Louis MURAT … heureux … chez lui … dans sa montagne …

 chorus-23-300x201

  jlm-chez-lui-été-2002-223x300

  2002 c’est également l’année de sortie du « Moujik et sa femme ». Les chiffres de vente de « Mustango », malgré une critique élogieuse, sont largement en dessous des seuils de vente espérés. On en revient donc à une campagne promo (photo) des plus classiques.

 « Femme Actuelle » nous livre un MURAT  séduisant …

 Photos-jlm-2002-270x300

 Le 25 mars 2002 pour les lecteurs de « Elle » la journaliste Florence TREDEZ  nous dresse ce portrait de MURAT  : « De tous les chanteurs Français, Jean-Louis BERGHEAUD, alias MURAT, est sans doute le plus cabot, le plus drôle, le plus surprenant, le plus libre, le plus attachant, le plus brillant, le plus cultivé, le plus prolifique, le plus complexe. Le plus sexy aussi. Car même mal coiffé, mal rasé, habillé à la va-comme-je-te-pousse, même marié (il vient tout juste de convoler avec Laure, la nouvelle élue de son coeur), MURAT  continue à être notre lover des volcans préféré« .

Dans le même article, Florence TREDEZ  emprunte à la romancière Catherine PANCOL  les propos ci-après : « Les femmes reprochent aux hommes de ne pas être là, de prendre trop facilement la tangente. Lui, il est là, il occupe le terrain. Il creuse le sillon, à la manière d’un agriculteur. Ce courage, cette force exercent une attraction quasi sexuelle sur la gent féminine ».

De telles considérations valent bien ce portrait d’un MURAT  plus « accroche-coeur » que jamais …

 phtos-jlm-elle-2002-150x300

 Pour « VSD » le 21 mars 2002 Pascale TOURNIER nous présente un MURAT  façon « James DEAN » que j’affectionne particulièrement … La journaliste interroge JLM : « Composer des chansons c’est utile ? ». Réponse de l’intéressé  : « Non. On est utile quand on aime, quand on a des enfants. Les chansons accompagnent des moments de vie. Cela peut donner des points de repère aux gens. C’est tout ». 

 photos-jlm-vsd-2002

JL_MURAT_dALLE_02101-195x300

 L’année 2003 correspond à la sortie de l’album « Lilith ».

Le 28 août 2003, MURAT  accorde une interview à « Paris Match ». Un petit encart y indique : « Passé 50 ans MURAT estime qu’il n’est plus photographiable. C’est donc lui qui fournit les autoportraits aux médias » D’où la photo qui suit … Celle-ci est de bon goût, toutes ne le sont pas …

 photo-jlm-paris-match-2003-28-8-2003-242x300

Au cours de cette interview MURAT  déclare : « Mon arrogance cache une terrible absence de confiance en moi. Mais je sais aujourdhui que le talent c’est de savoir se faire violence pour assurer un concert de deux heures,  et donner l’illusion qu’on a confiance en soi ». (…) « Je ne crains pas aujourd’hui de violenter le public. Avant il me terrorisait ».

 Dans le cadre de la campagne promo MURAT  reçoit Franck VERGEADE pour « Magic » (n° 74)

 photos-jlm-magic-2003-211x300

 Cet autoportrait accompagne l’interview. Beau pas beau ??? peu importe. MURAT  prend un malin plaisir à faire tout le contraire des … « autres » … Il déclare à VERGEADE :« Maintenant qu’il y a photoshop et des scanners ultra performants, je ne vois pas pourquoi on serait obligé de payer des photographes pour faire nos propres photos. Quand tu sais écrire une chanson de deux heures trente, tu sais prendre une photo ». (…) « La technologie a tellement progressé … Je ne comprends pas pourquoi il existe encore des photographes professionnels ». C’est le bon sens paysan qui parle …

MURAT s’épanche également sur ce qu’est être musicien par les temps qui courent : « La vie de musicien, c’est de pouvoir gagner trois cents balles en liquide en allant jouer cinq ou six chansons, dans un bar, et pas  de s’agenouiller aux ASSEDIC devant un enculé de fonctionnaire CGT qui veut t’en radier ». Voilà qui est dit … il a tellement raison !

 Le 1er septembre 2003, en Auvergne, Florence TREDEZ  du magazine « Elle » est l’hôte de MURAT. Voici ce qu’elle écrit : « Dans son fief, le chanteur ombrageux, aminci, bronzé, respire la forme. Pourtant, par pure coquetterie, la cinquantaine venue, il refuse désormais de se faire photographier par un autre que lui ». Pour se justifier MURAT  ajoute : « L’expérience est tellement humiliante. En général, le coiffeur trouve que tes cheveux sont trop gris et le maquilleur t’en veut à mort de ne pas faire dix ans de moins ». (…) « Ma maison de disques m’a conseillé de me faire blanchir les dents. Plutôt crever ! Les gens se pensent comme des produits« .

Pour accompagner ce reportage le lecteur aura droit à l’une des photos montage regroupées dans le livre « Le dragon à cent visages »publié aux éditions Scarlett (tirage limité à 1000 exemplaires).

 elle-2003-217x300

 Toujours en septembre 2003, MURAT  accorde une interviaw à « Zic line« . L’artiste  parle en ces termes : « L’album est plus citadin. Le chanteur auvergnat c’est une image un peu commode mais je commence à en avoir marre … Je me sens plus proche du Mississipi que de l’Auvergne. Il faut rétablir les choses ».

Des photos d’archives agrémentent ce reportage. Je les trouve fort belles …

jlm-zic-line2003  photos-jlm-zic-line-septembre-2003

Mais également des photos récentes, tirées par MURAT  lui-même …

zicline1  zicline2

 Tout MURAT  se trouve réunit dans ces 4 photos : la beauté, la noirceur, l’ironie, la mélancolie, le romantisme, l’enfance, l’adolescence, la vie, la mort, le temps qui passe … 

Comme chaque année à la mi-juin, à Clermont-Ferrand MURAT  donne son concert « Kololo ». « FOUTRAQUE »  est présent en la personne de Pierre ANDRIEU. Le journaliste l’interroge : « Dans quel lieu préfères-tu jouer ? » Réponse : « Dans les petites salles de rock où ça pue, où les loges sont petites, où tout le monde boit de la bière où les mecs te gueulent  … « A poil » … quand ils en sont à la cinquième bière. Avant ça me dérangeait mais plus maintenant : ils peuvent gueuler  … « Rock’n roll » … montrer leur bite, ça me plaît bien. C’est enfumé, ça pue la pisse, la transpiration, mais au moins tu vois les gens en face ! Les salles rock, plus elles sont pourries, mieux ça vaut ! ».

Il semblerait qu’Andrieu ait été autorisé à tirer photo ??? A moins que celle-ci ne soit d’archive ??? Toujours est-il qu’elle me plaît beaucoup …

 Photo-jlm-promo-kololol-20-6-2003

 2004 … l’année de sortie de l’album « A bird on a poire »

 photos-jlm-les-inrocks-20045-216x300

   jlm-20041-211x300

 Les deux autoportraits qui précèdent agrémentent  l’article des « Inrockuptibles » (n° 441 du 12 au 18 mai 2004) signé Johanna SEBAN. Le chanteur Auvergnat, tout en confiance, se confie à la belle dame pour lui lâcher : « Ca ne me dérange absolument pas de pleurer. Si je regarde le Tour de France et que je vois VIRENQUE  pleurer, je me mets à chialer. Je peux pleurer vraiment partout, devant n’importe qui. Je pleure comme je pisse ».   

MURAT  invité de Guillaume DURAND  sur France 2 … (extrait des « Inrockuptibles » n° 441 du 12 au 18 mai 2004)

 photos-jlm-2004-les-inrocks2-300x207

 Les deux passages télé de MURAT  en cette année 2004 auront beaucoup fait parler …

 J’ai un faible particulier pour cette photo de « Voici » … pour une chronique de l’album concocté avec son ami Fred JIMENEZ 

photos-jlm-a-bird-2004-12-224x300

Le magazine « Crossroad » de novembre 2004, nous gratifie d’une superbe page, préambule à une déclaration intéressante. Répondant aux questions de Nadia et Dom SARRAN DESSEIGNE, l’artiste  Auvergnat déclare : « Je vois bien ce qu’il faudrait faire pour vendre et c’est ce que je ne ferai jamais ! Tu fais du SOUCHON avec un fond de AIR  … T’essaies de te rapprocher des gens d’NRJ, tu te fais une bonne gueule, t’essaies de te faire quelques télés importantes. Tu fais les restos du coeur, tu dis que Marc LAVOINE c’est mieux que SINATRA, tu commences déjà à te pourrir la tête et t’abdiques de tout ». 

photos-jlm-2004-crossroads1-226x300

 2005 … année prolifique pour MURAT  avec les sorties de « Mockba »« 1829″ (hommage à PJ  DE BERANGER) et « 1451″ (poème de 1000 vers en édition limitée).

Bizarrement MURAT  se fait plus discret dans la presse. Les retombées des émissions télévisées de 2004 dont « 20 heures 10 pétantes » n’y sont pas pour rien. Il est des comportements qui sont suicidaires en terme artistique. A noter cependant la une des « Inrockuptibles » le 30 mars 2005 avec Carla BRUNI  qui n’était pas encore SARKOZY. Ce que j’admire dans cette relation amicale qui dure … c’est la fidélité de MURAT … contre vents et marées. Par les temps qui courent, continuer à clamer son amitié indéfectible pour l’ex mannequin devenue « première dame » ne manque pas de courage ! MURAT  n’est pas faux cul !

Les deux photos qui suivents sont extraites d’un hors série des   »Inrockuptibles » (2005)  et l’entretien qui y est joint date de 1991. MURAT y dit en l’occurence : « Je déteste me voir en photo : d’un seul coup, tu vois que tu ne ressembles à rien, que la vie que tu sens en toi n’existe pas ». (…) « La chanson est une prothèse, une jambe de bois. Tu vis tes chansons avec l’illusion qu’elles vont t’aider à vivre ou à y voir plus clair, mais en fait, elles t’enfoncent encore plus la tête sous l’eau ».  

Tristesse ou mélancolie ???

 photos-jlm-inrocks-2005-300x297

 MURAT … sous la neige … dans le vent …

jlm-inrock-2005-223x300

Deux autres clichés ont retenu mon attention. Ils sont extraits du magazine « Polystyrène » (avril 2005) : le titre se suffit à lui-même …

 Poly-2005-217x300

  Sous la plume de Philippe SCHWEYER on peut lire ceci  : « Quinqua c’est pas mal. Le temps passe et il faut bien faire avec … ».

 photos-jlm-polystyrèen-avril-2005-217x300

 2006« Taormina » … la mort rôde … « La mort est dégueulasse »" ….  elle touche des êtres qui vous sont chers. Elle est notre meilleure compagne. Patiente, elle nous attend … Ici, demain, ailleurs … viendra toujours l’heure.

 photo-voici-20061-241x300

 Le violet et le bleu sont des couleurs qui  magnifient le personnage de MURAT … Pour le magaazine « Voici » l’Auvergnat s’accompagne de sa meilleure amie, la plus fidèle : la guitare …

 Toujours avec sa guitare pour un concert en Belgique … photo parue dans le journal « 24 heures »

 concert-en-belgique-2006-300x199

 Le bleu qui suit est magnifique

nouvelle-list-20062-213x300

Cet autoportrait accompagne une interview de MURAT  parue dans « Le Nouvelliste.Online » daté du 6 octobre 2006. La journaliste Manuela GIROUD  recueille les confidence de MURAT  qui lui déclare : « Je fais mes photos moi-même pour éviter ces effroyables séances de pose qui me rendent malade huit jours à l’avance. Un polaroïd et hop ! ».

  Année 2007 … sortie du disque hommage à BAUDELAIRE  et FERRE … j’ai nommé « Charles et Léo » … Pas de tournée pour cet album.

 En juillet 2007 le magazine « Magic » sort un hors série  abécédaire : « La Pop Française de A à Z »  … MURAT y apparaît en noir et blanc, précédé de la vache …

  2007-jlm-212x300jlm-2007-hs-magic2-212x300

 Aux Francofolies de SPA  … MURAT  n’est pas souriant … le vert lui va trés bien aussi …

dyn008_original_524_709_pjpeg_737_36b85783e291cdfc34e51721047856da-221x300

Année 2008 … sortie de l’album « Tristan »

 A l’occasion de la 10ème édition des « Francomanias de BULLE » (Suisse), festival biennal dédié à la chanson francophone depuis 1990, est sorti le livre  « F comme chanson » qui retrace l’épopée de cette manifestation. Cet ouvrage comprend notamment des photos souvent inédites. Deux pages sont consacrées à MURAT  qui, le 31 mai 2000  se produisait dans la localité Suisse. Faute de papiers en règle, le matériel du groupe est saisi par la douane. Seuls les hommes ont pu rejoindre BULLE. Il a donc fallu faire avec du matériel d’emprunt … C’est pourquoi on voit MURAT  fouiller dans ce bric à brac puis se détendre à la cantine …

 photos-jlm-francos-2008-11-212x300

  phtotos-jlm-2008-franco1-300x204

 Ces 3 clichés ci-après,  qui ont accompagné la campagne promo de  « Tristan » sont superbes …

promo-tristan-2-universal1-300x154

  promo-tristan-31-195x300

 promo-tristan2-300x295

2009« Le cours ordinaire des choses » … MURAT  se présente avec les cheveux longs … Ce cliché va accompagner la majorité des articles  qui traient de ce dernier opus enregistré à Nashville …

jlm-rolling-stone-2009-212x300

Dans les colonnes de « Libération » du 14 septembre 2009, sous la plume de Sabrina CHAMPENOIS on peut lire : « La voilà qui s’allonge à moitié sur le lit rouge. Il passe la main dans les cheveux mi longs comme le font plutôt les femmes. On pense : CASANOVA. Mais l’instant d’après c’est la JOCONDE qui nous regarde, entre amusement et indifférence. La nonchalance de ses gestes est inversement proportionnelle à l’implacabilité de ses propos. Tout ça est théâtral à mort. Calculé ? Certainement ».  MURAT  déclare : « Photographier, c’est pas un art, pas un métier, rien. Le photographe devrait être un esclave, un esclave au service du modèle … Je refuse d’être le sujet de quelqu’un ». 

 2010 … pas  de nouvel album … pas d’émission télé … MURAT  n’a plus que les concerts pour faire connaître ses chansons … Voici dans le désordre quelques photos glanées ici et là …

Concert de Villiers le 15 octobre 2010

pholos-jlm-villiers-2010-3-300x217

Concert de Cannes  le 23 septembre 2010

photos-jlm-cannes-2010-2-199x300 photos-jlm-cannes-2010-61-199x300

Concert de L’Alhambra le 13 novembre 2010

JLM-photos-alhambra-2010-6-200x300 JLM-photos-alhambra-2010-3-232x300

Concert au Botanique de Bruxelles le 9 mai 2010  

Murat-nuitrs-botaniques-1-200x300 Murat-nuits-botaniques-300x300

 Concert de Tourcoing  le 2 avril 2010 ….

 photos-jlm-tourcoing-2010-8-200x300 photos-jlm-tourcoing-2010-9-200x300

Concert de Montréal les 11 et 12 juin 2010. J’espère qu’il y retournera en cette année 2012 !

jean-louis-murat-les-francofolies-de-montr-al-2010_354352-200x300

 Au cours de cette année 2010, personnellement il m’aura été donné à deux reprises de voir MURAT  en concert : à Ploézal (Côtes d’Armor) et à Nantes (Loire Atlantique). A chaque fois j’ai été subjugué par le talent de l’Auvergnat. C’est la scène qui a fini de me convaincre que nous avions à faire là à un artiste à nul autre pareil …

  2011 … sortie du « Grand lièvre » … MURAT  ne nous avait pas habitué à une si longue attente …

« La Croix ».

 Photos-2011-promo-grand-lièvre-La-Croix

« Le Républicain Lorrain ».

JLM-photos-promo-2011-le-républicain-lorrain-284x300

 « Libération ».

 jlm.Libé-20111-300x195

 Cette photo sera sans doute celle qui restera de cette campagne promo. Elle accompagne une interview de BAYON. Le chanteur baigne dans une mer d’huile. Est-ce l’état de notre planète qui est ainsi mis en exergue par le journaliste ? Est-ce le combat désespéré de MURAT pour sauver ce qui peut encore l’être dans la langue Française qui s’en va,  à veau l’eau ? Une phrase de BAYON  recèle toujours une grande part de mystère. BAYON+MURAT  ce n’est plus du second degré … c’est de la complexité puissance dix … c’est à qui conduira le lecteur,  le plus loin,  sur la mauvaise piste … celle qu’il ne fallait pas prendre.

J’adore la photo qui suit  (extraite d’un article de « La Croix »),  pour son optimisme … Guitare à la main … Jean-Louis prend la route pour venir à notre  rencontre. Au mois d’Avril il sera à Rennes … que du bonheur…

 jlm-la-croix-2011-300x199

Chez MURAT  tout ramène à l’enfance

murat-enfant1-300x228

 BERGHEAUD en Jésus-Christ … Quel âge ???

jlm-en-christ-225x300

 L’adolescence n’est déjà plus qu’un lointain souvenir …

ticketMurat2-216x300

Murat ne sera jamais champion cycliste … ne sera jamais agriculteur …

jean-louis_murat-et-ses-vaches

 Le voilà chanteur … St Malo … 2009 … mon 1er concert … une claque … une révélation

jlm-st-malo2-200x300

 Ci-dessous une photo du MURAT  d’aujourd’hui … dans sa cuisine …

JLM1-300x300

A comparer avec celle parue en 1988 dans un article signé BAYON pour « Libé » …

jlm-cuisine-21-300x225

Plus de 20 ans … entre ces deux clichés … passe passe le temps …

 acacia-et-jlm2-300x240

 Dernière photo … un choix subjectif : JLM y est beau et Acacia représentative des fans de MURAT  qui ne seront jamais ceux d’Hallyday … Aimer MURAT  c’est non seulement aimer la chanson, la musique et le verbe, mais également une certaine forme de vie, une exigence envers soi-même et envers les autres … La plus grande fierté de MURAT  ??? Je pense que c’est de pouvoir se regarder dans la glace tous les soirs sans avoir à baisser les yeux. C’est peu et tellement à la fois . C’est tout !

Encore une fois merci … Monsieur Jean-Louis MURAT

***

Jean-Louis MURAT … dans la presse …

Vouloir être chanteur, c’est accepter d’être un homme public. Pour qui aspire à celà, le rôle de la presse est primordial. Bizarrement dès ses débuts le personnage MURAT a été bien perçu par les critiques musicaux Anne-Marie PAQUOTTE en tête.

L’un des toutes premières apparitions de MURAT dans la presse, furtive, je veux dire discrète, nous la trouvons dans la le n° 624 du magazine « Age tendre » daté du 21 décembre 1987 …  

age tendre 1987

Dans les années 80, le « Top 50″ est une référence. Le pouvoir de la presse papier est beaucoup plus important qu’il n’est de nos jours. Une parution de choix dans des revues telles que « Salut les copains » et vos ventes se trouvent boostées. Les titres de l’album « MURAT 82″ n’ont obtenu qu’un succès d’estime. L’album ne s’est pas vendu. S’ensuit une traversée du désert.  Le titre « Si je devais manquer de toi » (1987) extrait du futur « Cheyenne Autumn » (1989) va lancer définitivement la carrière de l’Auvergnat …

1987-ok-magazine-si-je-devais-manquer-de-toi--211x300

Avec le « Top 50″ (n° 96) du 4 janvier 1988 les jeunes midinettes ont droit au beau regard de Jean-Louis MURAT …

1988-4-janv-top-50-n96-les-espoirs-du-top-300x241

Dans le « Top 50″ du 30 mai 1988 le sourire de l’Auvergnat est bien plus franc …

top50-30-mai-88-300x215

Rapidement pourtant,  Jean-Louis MURAT va privilégier les journaux tels que « Libération » ou « Les Inrockuptibles » pour assurer la promotion de ses albums. Le premier reportage à faire date dans la carrière du Brenoï est celui de Bruno BAYON  qui,  le 15 février 1988,  pour « Libé » nous donne à lire un article fondateur dans la carrière de l’artiste : « Couleur MURAT ».

MURAT est un bel homme, il le sait. Le blanc et le noir lui va si bien … J’en veux pour preuve cette photo parue en Juin 1989 dans les colonnes du magazine « 20 Ans »

1989-juin-20-ans-n34-les-doux-font-fort-209x300

 

Le 12 juin 1989 MURAT fait la une du « Top 50″. Il est en bonne compagnie. Je ne suis pas certain que cela lui fasse plaisir !

top 50 DU 89

 Le 3 février 1990 MURAT bénéficie d’un article dans « Télé 7 jours » … Belle gueule … sourire en coin …

tele7jours-030290_11-210x300

 En 1991 le Brenoï s’ouvre de nouveaux horizons avec le titre « Regrets » qu’il chante en duo avec Mylène FARMER … A priori tout les oppose, en réalité ils ont beaucoup de points communs … Le magazine « Podium » suit MURAT et FARMER  lors du tournage du clip en Hongrie …

podium-0991_1-84x300

Mylène apporte une notoriété nouvelle à MURAT. Cependant ce duo constitue, pour nombre des fans de la première heure, une vraie fracture, une blessure même. Ils sont nombreux à quitter « le navire ». Sur la dolorès liste les débats font rage. Il y a les pour, il y a les contre. J’en veux pour preuve ce message n° 891 de la Dolo : « Je ne sais pas pour vous, mais je n’ai jamais vraiment rien à faire de la Vilaine Fermière !!! Alors faudrait peut-être penser à autre chose que cette affreuse fausse rouquine vulgaire et insignifiante à côté du plus mauvais morceaux de MURAT ! Sur ce … amitiés Muratiennes et que vive la musique ».  Sur cette même Dolo, concernant le même sujet, il m’a été donné de lire des critiques on ne peut plus virulentes à l’égard de Mademoiselle FARMER. Ces critiques émanent d’un journaliste qui a pignon sur rue et possède une vraie connaissance du monde musical. Il nous assure que Mylène est infernale avec son entourage … qu’elle chante en play back … Ce professionnel, bien au fait des choses de la musique, est actuellement responsable de la programmation musicale à C’Rock Radio. Il est également un vrai fan de MURAT. Pour autant ce dernier restera toujours constant au regard de cette amitié. L’une des qualités premières du Brenoï est la fidélité en … amitié !

En cette même année 1991 MURAT fait l’objet d’un encart sur « Télé poche » agrémenté d’une superbe photo …

image1-29-212x300

En 1991 MURAT fait la première page des « Inrockuptibles »

 copie-de-presse-murat-1-221x300

En septembre 1991 MURAT est sur « Podium ».

podium 9 91

Le 1er octobre 1991 pour « Rock this town » (n° 3) MURAT est en première page …

jlm rock this town

En 1992, le « Berger de Chamablanc » est interviewé par « Télé poche » avec la montagne en arrière plan …

telepoche-1992-211x300

La même année il répond aux questions de « Rock & Folk » … dont la photo en noir et blanc me sied à ravir …

rocknfolk-0192_1-211x300

En 1993 Jean-Louis MURAT est en couverture du magazine « Rock Sound » … Il y est superbe de mélancolie ! D’autres diront qu’il est boudeur …

1993-11_rocksound_couv-211x300

En septembre 1999 pour la sortie de « Mustango » le mag « Magic » nous offre un auto-portrait de MURAT  qui s’est mis à la peinture …

magic-0999_c-211x300

« Télépoche » quant à lui nous offre les partitions et les paroles de « Jim »

 telepoche-1999-211x300

 Au cours de l’année 2000, dans le cadre de la tournée « Mustango » le chanteur Auvergnat aime  jouer de son image … entre ombre et lumière …

sic_001-205x300

L’année 2001 est consacrée à la belle Madame DESHOULIERES … Le cliché qui suit est extrait d’un article « Télérama »

telerama-2672-a-221x300

 2002, c’est l’année du « Moujik » mais aussi celle ou Jean THEFAINE  rend visite à Jean-Louis MURAT en son antre de DOUHARESSE. Celà nous donne un reportage dense et remarquable du magazine  « CHORUS » (n° 41)  de septembre 2002

couv-chorus-n41-218x300

En cette même année 2002 MURAT est en 1ère page de « Magic » pour une photo que j’aime beaucoup …

presse-murat4

En 2003 MURAT  nous sert « Lilith » magnifique double album. Pour « Longueur d’onde«  (n° 22) le chanteur déclare : « J’ai renoncé à capter un nouveau public » (…) « Je dois avoir une mauvaise image » ! Il ne fait rien pour inverser cette tendance, il semble même y prendre un malin plaisir. Avec l’image que MURAT donne de lui dans « Zurban » on frôle le mauvais goût …

muratarticle1-300x300

 … « Je suis le meilleur parolier Français » … C’est sans doute vrai … Mais pourquoi le claironner ??? La modestie est sans conteste la première forme de l’intelligence. MURAT fait fausse route … Les insultes contre ses congénères donnent de lui une image détestable … Je le regrette profondément. MURAT est dans un jeu de rôle. Il est son pire ennemi ! Dans les journaux  et les pays étrangers, notamment la Belgique, l’Auvergnat bénéficie d’une bien meilleure image. Dans ses interviews il fait montre de bien moins d’agressivité … de plus de sincérité. J’en veux pour preuve les propos tenus à Joëlle LEHRER en 2003 pour « Le Soir Magazine » : « J’ai l’image d’un prétentieux, grande gueule, pas sympa, voilà. Il n’y a rien à faire. Mon objectivité et ma sincérité m’empêchent vraiment d’être un chanteur populaire. Celà peut être un peu énervant, mais bon, je fais avec ».  Les propos sont sincères, on y recèle une vraie part de regret.

Dans un article du « Républicain Lorrain »  daté de 2003, intitulé : « Le couplet du mal aimé » le journaliste André GREINER écrit : « Le talent ne suffisant pas à combler cet insatiable, c’est le génie qu’il ambitionne, un peu à la manière de FERRE dont il aurait pu prendre la relève. Ce faisant, il aurait sans doute pu vendre beaucoup plus d’albums. Mais l’idée de devenir le porte-parole d’un courant d’idées lui est insupportable ». A cette seule sugesstion MURAT  rétorque : « Elle m’obligerait à mettre un genou à terre. Et de celà, il n’en n’est pas question ». 

En décembre 2003, toujours dans le cadre de la promo de l’album « Lilith » pour « Les Inrockuptibles » Stéphane DESCHAMPS signe un article « A poil sous les orages ». Les photos mises à disposition du journaliste sont signées MURAT dont celle-ci que je trouve de bon goût puisque suggérée … MURAT  ne montre pas … il laisse percevoir …

inrockuptibles-1203_2-211x300

MURAT a toujours été populaire en Belgique. Le presse outre Quiévrain lui a souvent été favorable. En cette année 2003 sur la couverture de « JIM » le chanteur bougon tient la vedette avec un cochon …

jim revue 2003

L’année 2004 correspond à la sortie de l’album « A bird on a poire » et du DVD « Parfum d’acacia au jardin ». Pourtant MURAT fait le « buzz » non pas avec ses chansons, mais avec la vive altercation qui l’oppose à Charlotte DE TURCKHEIM sur les plateaux TV … Il le dira plus tard cet épisode l’a rendu très malheureux … Mais le mal est fait … Voilà qui nous éloigne une nouvelle fois du talent de l’auteur … On ne parle que du « mauvais coucheur » !

 2004-entrevue-300x166

 

Toujours en 2004 dans « L’Express » le nom de MURAT  apparaît à côté de ceux de DUTROUX  et de José BOVE … En page intérieure nous avons droit à un autoportrait de « l’olibrius » Auvergnat …

livre-2004-murat-300x218

 En 2005 MURAT est prolixe puisque les albums « Mockba » et « 1829″ sont dans les bacs. En Juillet il fait la une de « Télérama »

couv_telerama-14-07-05-234x300

Au prélable, en juin, dans les colonnes du « Nouvel Observateur » le Brenoï nous apparait en clown charmeur … Il revient sur ses frasques télévisuelles …

01jlm-folk-singer-bougnat-nvel-obs-juin-2005-212x300

Les titres se succèdent et portent en eux tous les antagonismes de MURAT … Ainsi le titre du mag « Polystyrène » d‘Avril 2005 : « Le magnifique pleureur » dont la photo figure en première partie de reportage. Cette même année 2005, « Témoignage chrétien », sous la plume de Luc CHATEL le qualifie de :« doux dingue ». Le journal Belge « Soir Magazine  » opte pour le qualificatif :  « Insatiable » quant à « La dernière nouvelle d’Alsace »,  elle préfère :« Le cheval fou ». Le « Télégramme » de Brest use de la forule : « créatif insatiable » . Quant au journal « La Provence » il titre : « Murat cultive l’art d’être intemporel » …  MURAT ne laisse pas insensible. On aime ou on n’aime pas !

En companie de Carla BRUNI le chanteur Auvergnat fait de nouveau la une des « Inrockuptibles ». Il faut croire que MURAT  aime les duos qui semblent improbables. Là encore le discours tenu à l’égard de la « Belle » sera constant quant bien même celle-ci aura revêtu les habits de 1ère dame. Voilà qui est tout à l’honneur de JLM …

inrocks-30_03_2005-1-218x300

En 2006 MURAT  nous mène en Sicile sur les rives de « Taormina » … C’est ce qu’annonce cet article de « Rolling Stone » … A noter que JLM porte la marinière avant que celà ne soit de mode …

2006-08-26-rolling-stone-chronique-taormina-267x300

Le mag. « Guitarist » nous rappelle que MURAT est un remarquable musicien …

2-215x300

Les titres choisis par les chroniqueurs sont révélateurs. « Start up » titre : « Le mal aimé ». « Rif-Raf » parle de : « L’âge de raison« . Quant à « Muze » il utilise un titre qui symbolise le tout : « Clair Obscur ».

2007 … Murat chante BAUDELAIRE  et FERRE … Cet album est magnifique … Dans le cadre de la promo Murat s’est souvent mis aux couleurs bleues qui prédominaient à la sortie de « Mustango »

photo-illustrant-larticle2-300x225

En 2008 MURAT nous offre « Tristan » … qui cette fois semble avoir opté pour le noir avec fond de ciel bleu …

photo_jlm_huma_21_03_081-300x237

En 2009, de retour de Nashville, JLM nous donne à goûter à l’album « Le cours ordinaire des choses » … Il fait la une du mag. « XRoads » …

 presse-murat-91

En 2010, année sabatique au regard de la discographie, MURAT n’apparaît que sur le magazine masculin « L’amateur de cigares »

presse-murat-8

En 2011 MURAT  nous revient avec « Grand lièvre » … Le chanteur nous apparaît en gentleman farmer en capitaine du Bounty ??? Je ne sais exactement. Toujours est-il qu’il se dégage du personnage une vraie classe …

murat-lgl-300x300

Que nous réserve 2013 ??? Je suis certain que MURAT  saura nous mener vers un autre univers, nous faire goûter à d’autres couleurs, des sensations nouvelles … On t’aime Jean-Louis MURAT.

 

Le 25 mars 2013 l’album « Toboggan » est enfin dans les bacs … En 2012 l’Auvergnat a signé chez « Pias » … Les premières images de la promo nous donnent droit à un MURAT portant le chapeau de paille, amaigri … disant lui-même : « Je suis  sur la paille ! » . Le journal « Libération » (25 03 2013)  est le seul à accorder la une à MURAT  …

libe-photo-du-25-mars-2013-233x300

Les photos qui suivent, superbes, mieux que tout autre document, nous donnent une idée plus précise du nouveau MURAT … Jean-Louis BERGHEAUD  s’est drapé d’élégance … pour autant il n’en reste pas moins rebelle … Laure, Gaspard et Justine doivent être tellement fiers de leur mari et papa …

snapshot721-300x168

snapshot78-300x168

snapshot89-300x168

 snapshot95-300x168

Sachez Monsieur Jean-Louis MURAT qu’au delà de l’image, vous êtes beau de votre franchise, de votre courage intellectuel … Merci pour tout ce que vous nous apportez à nous qui vous aimons. J’ai encore en écho le compte-rendu qui a été fait d’un de vos derniers concerts par mon amie « Rhia » … Nous ne nous connaissons pas et nous nous apprécions … Depuis que ce Blog est né je me suis fait plein d’amis … bien sur il y a ceux qui sont intéressés … et après ???  Qu’importe !!! En effet, plus nous serons nombreux  à aimer MURAT  et sa musique  … MURAT et sa prose … et plus je serai heureux !

 Nous sommes en novembre 2013, « Toboggan spécial » est dans les bacs. La tournée « Toboggan » touche à sa fin. L’image qui suit, est celle qui, pour moi  symbolise le mieux l’homme MURAT

jlm-et-son-batteur-300x225

A Nantes MURAT a également serré dan ses bras son batteur Stéphane REYNAUD. Par les temps qui courent il n’est pas facile d’être chanteur et de s’appeler MURAT. Plus que jamais Jean-Louis a besoin de gens comme Stéphane sur qui s’appuyer. A chaque fin de concert l’Auvergnat rend hommage à son alter-égo. Plus que les mots, qui ne sont jamais feints chez MURAT, les regards échangés, les étreintes partagées veulent tout dire. Etre saltimbanque aujourd’hui, pour qui n’est pas « suce-boules » est extrêmement difficile. Beaucoup d’interprètes ne vendent plus rien. Remplir les salles n’est pas chose facile. A l’inverse de beaucoup MURAT peut toujours  s’appuyer sur une escouade d’irréductibles.  Ils ne sont plus que deux et Stéphane est à mon sens  celui qui soutient l’autre. MURAT n’est pas dupe. Il sait tout ce qu’il doit à l’ami Suisse. Il ne s’en cache pas. Les propos tenus en fin de concert, dits sur un ton badin, du genre : « Mesdames … c’est Stéphane que vous applaudissez … C’est lui le patron …  C’est lui le plus beau … ». Je sais, ce ne sont pas les mots exacts mais ils y ressemblent … L’esprit est là.  En tout état de cause ils témoignent de toute la gratitude qu’a MURAT pour l’ami Stéphane

La tournée qui s’achève a donné lieu à des commentaires divers et variés. Les contraires se rejoignent. MURAT est égal à lui même. La moindre anicroche, la plus petite imperfection, est capable de tout faire capoter. Dans beaucoup d’endroits les salles étaient pleines. Faire le plein à Nantes deux jours de rang n’était pas chose aisée. En Belgique « terre Muratienne » par excellence, il semble que cela ne se soit pas bien passé. Je pense que l’intermède de Tournai (2010) a laissé des traces … Déjà à l’époque « Josie » nous faisait part de son incompréhension … Par ces temps de « galère » ou « un sou est un sou » l’artiste doit savoir soigner son public. Les derniers échos venus de Nice sont toutefois rassurants. MURAT a encore un public qui le suit et le suivra demain. Il importe que ce chanteur à nul autre pareil soit mis dans des conditions acceptables pour nous faire partager son art, sa voix, ses paroles, sa musique. Je crains fort que notre bon maire socialiste de CEBAZAT n’ait rien compris à la chose. Comme tout bon politique (gauche et droite confondus), il saura se défausser sur MURAT, pour revaloriser sa propre personne, celle d’un politicard usant de l’argent public pour mieux se faire auto-proclamer. Cracher sur les autres est toujours plus facile que de se remettre en cause … n’est-ce pas Monsieur le Maire ???

Je ne ferai pas partie des chanceux qui seront à Paris le 22 novembre 2013. Avec MURAT on peut s’attendre à tout …  Je suis quasi certain qu’il évoquera une dernière tournée, un dernier disque … Hélas l’argent et non pas le talent … constitue plus que jamais le nerf de la guerre … Alors de quoi demain sera fait ? Nul ne sait  … J’aime votre sincérité Monsieur Jean-Louis MURAT !

 

***

Ce jour sur le net, j’ai trouvé plusieurs photos de Jean-Louis MURAT en vente à des prix variant entre 59 et 69 euros !!! Je trouve qu’il y a des gens qui n’ont aucun scrupule. Les photos sont superbes, je les ai donc saisies … Avais je le droit ??? Je ne sais pas et je m’en fous ! Je ne retire aucun argent de cette image et à ma façon (bien modeste) j’essaye de mettre en avant le seul talent de MURAT

jlmphoto114

JLM PHOTO 1

JLMPHOTO3

jlm111

jlm photo 112

Il est mentionné « photo argentique » … Je veux bien. Ce que je retiens surtout c’est la « belle gueule » du jeune homme … Voilà un artiste qui n’a jamais cherché à commercialiser son image … La seule chose qui vaille pour lui c’est le talent … celui d’écriture ou d’interprétation … et non pas les beaux sourires (hypocrites) ou les belles dents (fausses) … Certains diront qu’il a « bradé » son image. Moi je dirais que son image de « geignard » nuit à son talent … Au bout du compte MURAT est quelqu’un qui peut se regarder dans la glace chaque soir qui passe … Et ça … ça n’a pas de prix !

Trouvé aussi en vente sur le net à des prix plus abordables (au dessus de 10 euros) ces photos …

la vengeance 1

la vengance 2

Celle-ci à moins cher encore …

JLM photo 111

Enfin le choix de BAYON(article paru dans « Libé »  le 14 novembre 2013) intitulé :  « MURAT dans loï du cyclone »

murat loÎ

C’est la classe non ??? Pardon Monsieur MURAT d’avoir utilisé votre image …

Le 13 octobre 2014 « Babel » magnifique album est dans les bacs. MURAT fait la une de « Magic »

magic

***

Ajout le 27 juin 2016 …

Le 15 avril 2016 « Morituri » nous est offert. MURAT nous conte l’air du temps qui est au pessimisme … On tue sur les terrasses, les paysans n’arrivent plus à vivre de leur travail … Nos hommes politiques sont en dessous de tout … Ce nouvel album ne bénéficiera d’aucune tournée. Voilà qui ne laisse rien augurer de bon ! La campagne promo est bien maigrichonne. Le monde médiatique n’a d’yeux et d’oreilles que pour certains revenants. MURAT évoque les : « gros cons ». Ces insultes qui visent plus le système que RENAUD ou POLNAREFF vont faire le « buzz » quelque temps mais n’auront aucune influence sur les ventes du nouvel opus qui ne décolleront pas. « Babel » aura été un succès, « Morituri » le sera moins …

MURAT ne bénéficiera que d’une seule « Une ». Ce sera en Belgique dans un complément du journal « Le Soir »

victoire

Pour le reste c’est morne plaine. MURAT a rejoint ses montagnes. Quand et sous quelle forme nous reviendra t’il ? Nul ne le sait !

 ***

Créer un blog gratuitement sur Unblog.fr

Oops ! Une erreur est survenue.

L'accès au blog est momentanément impossible,
veuillez nous excuser et ré-essayer dans quelques instants.

Vous pouvez contacter le support technique sur le forum en cliquant ici.

Retour ou Écrivez-nous si le problème persiste.